RUISSIA: E valaau e Kremlin le faasaolotoina o tagata Rusia na taofia i Belarus

0 6

Les services de sécurité biélorusses ont arrêté des Russes mercredi, déclarant qu’ils étaient en mission pour déstabiliser le pays.

Le Kremlin a demandé à l’ancien allié soviétique de la Biélorussie de libérer 33 hommes russes détenus à Minsk pour un prétendu complot visant à organiser des émeutes avant les élections présidentielles du mois prochain.

Les services de sécurité biélorusses ont arrêté mercredi le groupe de Russes, affirmant qu’ils étaient des mercenaires en mission pour déstabiliser le pays à l’approche des élections du 9 août.

Le service de sécurité biélorusse du KGB a déclaré que les hommes étaient membres du groupe Wagner, une entreprise militaire privée notoire qui serait contrôlée par un allié du président russe Vladimir Poutine.

« Nous espérons que dans un très proche avenir, cet incident sera expliqué par nos alliés biélorusses et que les citoyens seront libérés », a déclaré vendredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Il a ajouté que « la détention sans fondement de citoyens russes ne correspond pas tout à fait aux paramètres des relations alliées ».

Les enquêteurs biélorusses ont déclaré que les hommes travaillaient avec d’éminents critiques de l’opposition, Sergei Tikhanovsky et Mikola Statkevich, qui ont tous deux été emprisonnés et empêchés de contester le scrutin.

Peskov a confirmé que les hommes russes étaient des « employés d’une société de sécurité privée » qui séjournaient temporairement en Biélorussie avant de se rendre à Istanbul.

«Ils ont raté leur avion», a-t-il déclaré. « Ils avaient des billets pour Istanbul. »

Un enquêteur biélorusse a déclaré dans des commentaires télévisés que les projets des hommes pour la poursuite du voyage n’étaient qu’un « alibi », a rapporté le site d’information Tut.by.

«Comme l’enquête l’a découvert, ils n’avaient pas prévu de s’y rendre (à Istanbul)», a déclaré le chef de l’équipe d’enquête, Alexander Agafonov, dans une interview accordée à la télévision nationale.

Les hommes ont donné des réponses «contradictoires», a-t-il ajouté.

Onze d’entre eux ont déclaré qu’ils avaient l’intention de voler au Venezuela, 15 en Turquie, deux à Cuba et un en Syrie. L’un « ne savait pas où il volait » et les autres ont refusé de témoigner, a déclaré Agafonov.

Lors d’un rassemblement électoral massif à Minsk, la capitale, jeudi, Svetlana Tikhanovskaya – la principale rivale de l’homme fort biélorusse Alexander Lukashenko – a démenti les allégations selon lesquelles l’opposition travaillait avec des mercenaires russes pour inciter à des troubles de masse.

Tikhanovskaya, qui est mariée au blogueur emprisonné Tikhanovsky, a déclaré que les gens ne voulaient que des élections équitables.

Elle a déclaré que les entrepreneurs privés russes utilisaient peut-être la Biélorussie comme point de transit depuis longtemps et a remis en question le calendrier des arrestations de cette semaine.

source:https://www.aljazeera.com/news/2020/07/kremlin-demands-release-russians-held-belarus-200731203427261.html

Tuua se faamatalaga

O lau tuatusi imeli o le a le lolomiina.